Vous lisez encore Wikipedia ? Regardez ce qu’en pensent ceux qui détestent.

« Bureaucratie, sexisme, élitisme », c’est le titre d’un article de David Auerbach traduit par Yann Champion qui dénonce les dérives de Wikipedia. Et si vous lisez l’anglais, n’hésitez pas à aller lire les commentaires de l’article original qui ne manqueront d’ajouter du piment à vos futures conversations sur le sujet.

Et si la révolution de l’Internet n’était qu’un vulgaire coup marketing ?
Tout part d’une petite remarque sournoise de Emmanuel Sander qui fait remarquer que les expressions utilisées sur Internet ne dépayseraient pas nos aïeux. « Comme au bon vieux temps, on ouvre sa boîte aux lettres pour relever son courrier, on envoie des messages à des adresses, on transmet des documents, on visite des sites, on effectue des recherches, on consulte des pages, on crée des liens, on navigue, on est en ligne. Des expressions que les surréalistes n’auraient pas reniées en leur temps, comme surfer sur la Toile, installer un pare-feu, héberger un site sur un serveur, attacher un fichier, témoignent aussi que cette révolution est appréhendée comme une transposition du monde sensible. »
Vous aussi, devenez un techno-critique à peu de frais en allant lire son article.

De toute façon, Internet, ce ne sont certainement pas les jeunes qui en parlent le mieux !
Pour retrouver confiance en Internet, le mieux est encore d’aller écouter cette conférence inaugurale de Michel Serres. Il explique très agréablement qu’on y perd peut être un peu, mais qu’on y gagne tellement. Faites-vous plaisir, mettez vos écouteurs et regardez la vidéo.

Laisser un commentaire