Qui gouverne ?

Un article d’investigation sur le couple Jouyet peut paraître anecdotique. Il constitue en réalité une plongée au coeur des arcanes du pouvoir et permet une compréhension plus fine de la façon dont se constitue et s’entretient une aristocratie politique, digne de celles des monarchies parlementaires du XIXe siècle. En somme, l’article aide à répondre à cette question que chacun s’est un jour posé : Qui (nous) gouverne ?

Jean-Pierre Jouyet n’a pas à regretter l’« alternance ».  On pense à la phrase que prononçait Alain Delon dans Le Guépard de Visconti : « Il faut que tout change pour que rien ne change ».

Ministre des Affaires européennes de Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Jouyet demeure à son gouvernement après la phase dite d’ouverture. « Jean-Pierre a toujours été de droite  », confie alors un certain François Hollande, qui compte parmi ses plus proches amis. A son départ du gouvernement, il est nommé à l’Autorité des marchés financiers. On dit que même Nicolas Sarkozy, pourtant rodé à ce type de manoeuvres, n’en revient pas : quelque temps après l’élection de François Hollande, en 2012, Jean-Pierre Jouyet entre à la Caisse des dépôts et consignations, puis il devient rien de moins que le secrétaire général de l’Elysée. Quant à sa femme, elle a reçu le grade de chevalier de la Légion d’Honneur : Jean-Pierre en était depuis longtemps officier.

On pense cette fois aux derniers mots de Madame Bovary :
« Depuis la mort de Bovary, trois médecins se sont succédé à Yonville sans pouvoir y réussir, tant M. Homais les a tout de suite battus en brèche. Il fait une clientèle d’enfer ; l’autorité le ménage et l’opinion publique le protège. Il vient de recevoir la croix d’honneur ».

http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2014/10/08/les-jouyet-un-couple-au-pouvoir_4502293_823448.html