« Il y a eu plus de caricaturistes assassinés à Paris mercredi qu’il n’en existe dans tous les magazines et sites internets américains »

« Les dessins ont un pouvoir incroyable ». Tel était le message du dessinateur américain Ted Rall adressé le jour même de la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, sur le site latimes.com.

« Sans vouloir dénigrer l’écriture (d’autant que je la pratique beaucoup moi-même), les dessins suscitent beaucoup plus de réactions de la part des lecteurs, à la fois positives et négatives, que la prose. Les sites internets qui publient des dessins, en particulier des dessins politiques, sont toujours fasciné de voir à quel point ils génèrent bien plus de trafic que les mots. J’ai été viré plusieurs fois par des journaux car mes dessins étaient trop largement lus, les éditeurs craignant qu’ils éclipsent les autres contenus »

Le dessinateur revient également sur la place particulière qu’occupent les caricaturistes dans la presse française.

« Il y a eu plus de caricaturistes assassinés à Paris mercredi (7 janvier, ndrl) qu’il n’en existe dans tous les magazines et sites internets américains combinés (il n’existe qu’un caricaturiste employé à plein temps sur un site internet : Matt Bors, et aucun dans un magazine. ) »

Ayant rencontré une partie de l’équipe au Festival de la bande dessinée d’Angoulême il y a quelques années, Ted Rall se souvient :

« Ils n’étaient pas beaucoup payé, mais ils s’amusaient. La dernière fois que j’ai rencontré des journalistes de presse aussi punk rock que ces gars-là, c’était au vieux magazine satirique Spy »

Laisser un commentaire