Cote de popularité présidentielle : wait and see

Le bond de popularité de François Hollande dans les enquêtes d’opinion a fait l’objet de nombreux commentaires. Parmi les plus lucides, notons ce rappel de Jean-Marie Pottier dans Slate, qui souligne à quel point « l’effet de rassemblement » a été éphémère dans l’histoire. Si la cote de popularité de G. W. Bush après le 11 septembre ne s’est dégradée que lentement, c’est en raison du peu de controverses créées par l’opposition. Or, prévient Eric Dupin, les oppositions partisanes et idéologiques ne vont pas manquer de resurgir, après un bref moment d’unité nationale. Bien des sujets en seront l’occasion : la laïcité, l’équilibre liberté-sécurité, les actions éventuelles envers cette partie de la France qui ne s’est pas sentie solidaire des victimes des terroristes, sans parler des enjeux socio-économiques (la loi Macron est actuellement en discussion au Parlement).

Laisser un commentaire